SILENCE ÉCOUTE PRÉSENCE

PRINCIPE D'INCERTITUDE

Les 30-31 octobre et 1er novembre - de 09h30 à 18h

séminaire d'exploration et de création radical

 

 

Le mot séminaire vient du latin seminarium, « pépinière », de la racine semin-, « graine, principe vital (et il est radical : enraciné). Je le préfère à stage pour ces journées d'exploration et de création, car la présence se goûte, elle ne s'enseigne pas, et s'il est possible d'en semer les graines, de voir les pousses sortir de terre, c'est la pratique qui permettra à l'arbre de grandir. Je l'imagine comme une performance qui commence à la première minute du premier jour et se développe sur les trois jours, une invitation à être ici, maintenant, moment après moment, à poursuivre, peut-être, chacun/e de son côté, ensuite, ailleurs.

 

La présence est au centre de mon approche de la performance. Plus je suis présente, ai-je noté au fil du temps, plus le public est présent, plus je suis présente, et plus la séparation entre le public et moi s'efface : il n'y a plus que des humains qui partagent le même événement. Si la présence est perceptible, évidente presque, elle est impossible à définir, à la fois insaisissable et disponible, prête à se manifester. La maitriser est illusoire : c'est au monde de la dé-maitrise qu'elle appartient. Tout juste peut-on l'inviter. Mais plus on l'invite souvent, plus elle répond. 

Dans tous les ateliers que j'ai donnés j'ai assisté avec une immense émotion à ce moment où le/la participant•e franchit ce seuil, entrainant avec elle/lui le public. J'ai, depuis longtemps, envie de créer un séminaire spécifique à destination des personnes en contact avec le public, quel que soit leur in•discipline. Le voilà. Pendant trois jours, écoute et silence seront au cœur du processus. Ces journées sont conçues comme un programme de performance dont nous sommes à la fois les participant•es et le public, dans une succession d'explorations, collectives et individuelles, sans rupture de l'attention, dans une grande économie de mots, avec ceci de particulier que la place du public sera aussi explorée comme place de performance, place active ne serait-ce que par l'exercice d'écoute sans jugement. Un temps de performance avec un public invité est prévu le deuxième soir avec le lendemain pour en revisiter l'expérience.
 

L'exploration sera soutenue par une attention constante au respect et par le partage d'outils de communication adaptés, pour une approche collective et collaborative, pour bénéficier d'un environnement propice à l'activation des ressources de chaque participant•e, pour apprendre les un•es des autres autant que des propositions. Présence et sentiment de sécurité ont partie liée.
Au plaisir de partager ce temps de recherche et de création avec vous. 

 

 

Louise DESBRUSSES

Ecrivaine et performeuse, Louise est professeure associée de l'Institut Tamalpa (USA) et membre de l'International Somatic Movement Education and Therapy Association (ISMETA). Elle a adapté et interprété I think not, dirigé par la chorégraphe américaine Deborah Hay, créé Le corps est-il soluble dans l'écrit ? Conférence dansée au Le Phénix, scène nationale (Valenciennes) et plus récemment In extenso avec le contrebassiste Louis-Michel Marion avec le soutien de la région Hauts-de-France (actuellement en diffusion). Pendant le troisième confinement, dans le cadre de sa résidence à Valenciennes, elle a lancé un appel à participation pour des vidéo-danses sur le thème "Prendre position. Ce projet va se pérenniser à l'automne avec un nouvel appel et un site dédié.

 

 

TARIFS :

220 € (tarif plein) - 190 € (tarif solidaire) - 150 € (early birds - avant le 15 septembre) - adhésion à Principe d'incertitude : 5 € - nombre de places : 12. 

 

INFOS ET INSCRIPTIONS :

Envoyer votre demande d'inscription avec quelques lignes de motivation à l'association Principe d'incertitude qui vous enverra toutes les infos (un.incertain.principe@gmail.com). 


un.incertain.principe@gmail.com - 06.08.28.30.83